Les témoignages

L’installation du haut débit dans l’école de Soyons (Ardèche)

  • Crédits: FR3 Rhône-Alpes

Mme Sanchez, Enseignante et directrice de l’école de Soyons (Ardèche)

Le très haut débit, un investissement à forte valeur ajoutée pour l’enseignement
L’éligibilité de l’école de Soyons au programme « Ecoles connectées » lancé par le Gouvernement a été une excellente nouvelle pour notre établissement. Suite aux fortes irrégularités de connexion que nous avons rencontrées ces dernières années – nous privant parfois d’accès à internet pendant plusieurs jours – la possibilité de recourir à une solution plus fiable a été accueillie avec enthousiasme par toute l’équipe pédagogique. Au sein de notre établissement, Internet à deux fonctions essentielles à l’exercice de notre activité. D’une part, le haut débit est un enjeu pédagogique incontournable dans nos travaux quotidiens avec les élèves. J’enseigne aujourd’hui à des élèves de CM2 dont 90% sont déjà familiarisés avec internet, notamment via leur environnement familial.
D’autre part, dans le cadre de la gestion administrative de l’école, nous nous appuyons sur des logiciels qui nous permettent d’optimiser considérablement nos ressources. Je prends ici l’exemple du logiciel « Base Elèves », dont le bon fonctionnement nécessite à minima une connexion haut débit. Ce facteur administratif participe aussi à notre volonté d’engager l’établissement dans le programme « Ecole connectées ».

Une régularité retrouvée grâce à la technologie satellitaire
Pour résoudre nos problèmes de connexion, nous avons fait le choix du satellite. Cette technologie nous est apparue adaptée à nos besoins et à nos moyens compte tenu des faibles coûts qu’elle engendre. Aujourd’hui, notre connexion est constante, ce qui répond bien à notre premier objectif. Si nous ne faisons plus face à des coupures intempestives et que le débit proposé (16Mbits/s) permet de répondre à nos usages actuels, la limitation du volume de données constituera un frein dans les prochaines années en raison du développement du numérique dans notre école. Parce qu’il est fiable et peu onéreux, le satellite constitue une solution transitoire pertinente ; cependant,  nous suivons de près les travaux de déploiements de la fibre optique réalisés par le syndicat mixte Ardèche-Drôme Numérique dans notre département.

Des travaux d’installation engagés sous 15 jours
La souscription au programme « Ecoles connectées » a été d’une grande simplicité. Dès l’annonce de notre éligibilité, la mairie a pris en charge la constitution du dossier et deux semaines après,  la parabole a été installée. J’insiste ici sur la rapidité d’exécution de cette opération qui a été mise en œuvre grâce à une procédure simplifiée dans le cadre du Plan France Très Haut Débit. Parce qu’il agit en complément d’une stratégie nationale qui fait du très haut débit un enjeu d’éducation majeur, ce programme, par son pragmatisme, permet d’assurer une continuité des débits sur le territoire. Une condition nécessaire à la création d’espaces numériques de travail accessibles à tous, dont je suis fière de dire que l’école de Soyons est précurseur.

Joël SÜRIG, directeur académique des services de l'Education nationale d'Eure-et-Loir

Comment s'est traduit le programme "Ecoles connectées" porté par l'Etat en zones rurales, dans le département d'Eure-et-Loir ?

38 écoles éléments et 3 collèges du département ont été largement informés de leur éligibilité au programme "Ecoles connectées" proposant une subvention de 80% à hauteur de 400 € sur les frais d'installation du matériel de réception satellitaire et hertzien terrestre et la mise en service de l'équipement. La commune a en charge les 20% restant, soit environ 100 €, plus le coût de l'abonnement.

Malgré notre importante communication, seulement 4 communes ont pour le moment souhaité bénéficier de ce plan. Certains maires préfèrent attendre la fibre qui devrait arriver assez rapidement dans certains territoires. Cette subvention est prolongée jusqu'au 31 décembre 2015, nous espérons que davantage d'écoles en bénéficieront cette année, car cette aide directe aux communes permet notamment l'accès aux ressources pédagogiques développées par le ministère.

Dans le cadre du projet de déploiement des infrastructures numériques porté par EURE-ET-LOIRE NUMERIQUE, quel rôle joue l'inspection académique dans le développement des usages numériques à l'école?

Notre rôle est vraiment d'impulser sur le terrain l'usage du numérique. Le pilotage est mené par les inspecteurs de circonscription, leurs équipes de conseillers pédagogiques et les animateurs numériques. Nous sommes très attentifs à une utilisation plus pertinente et plus importante du numérique dans les écoles. Nous mettons à disposition des enseignants des ressources numériques d'accompagnement et de formation à distance.

De nombreuses écoles sont équipés en VPI (vidéoprojecteur interactif) ou TBI (tableau blanc interactif) remplaçant le tableau noir. Notre rôle est d'accompagner les enseignants à la formation technique et pédagogique pour que les élèves puissent entrer dans l'ère du numérique. En 2015, nous allons expérimenter des ENT (Espace Numérique de travail) facilitant la communication entre l'école, les parents et la commune. Cette plateforme sera une source d'information importante pour tous.

Le matériel numérique acquis par les communes peut-il être également mis à profit dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires (TAP)?

Oui, bien sûr et c'est l'intérêt de l'enfant. Le seul souci est l'accès aux salles de classe au moment des TAP (Temps d'Activité Périscolaire), ce matériel numérique y étant souvent installé. Nous devons travailler en concertation avec les enseignants et les communes pour établir une charte dictant les règles de bonne pratique d'utilisation du matériel et des locaux. Nous trouverons un terrain d'entente pour qu'au final l'enfant puisse bénéficier au maximum de ces outils numériques.

Cette interview a été publiée dans la Lettre d'infos d'avril 2015 du Syndicat mixte Eure-et-Loir Numérique.

Ceci peut également vous intéresser

Le programme

Votre école est-elle concernée ?

En savoir plus

Comment bénéficier du programme ?

Votre commune est-elle éligible au programme ?

En savoir plus