Un chantier créateur d'emplois

Une fibre optique fabriquée en France

Le déploiement de réseaux d’accès à Internet s’appuie sur une filière industrielle française performante, dont les différents acteurs interviennent tout au long du processus de conception, de réalisation et d'exploitation des réseaux :

Les fabricants de câbles optiques produisent les fibres optiques puis installent un revêtement de protection et une gaine isolante. Le 6 février 2014, le label « câbles de France » a été mis en place pour mettre en valeur les entreprises productrices de fibres optiques sur le territoire et certifier la qualité de la production. Il a été instauré à l’initiative du Syndicat professionnel des fabricants de fils et câbles électriques et de communication (SYCABEL).

La fibre optique déployée sur le territoire est essentiellement fabriquée en France, dans trois usines :

  • Acome, à Mortain (Manche)
  • Prysmian, à Douvrain (Pas-de-Calai)
  • Silec Cable, à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne)

La France est le premier producteur européen de fibre optique  : 50% de la fibre déployée en Europe est produite en France.

Les équipementiers produisent les équipements passifs et actifs nécessaires pour fournir les services du très haut débit (boitiers, répartiteurs, dérivateurs, transmetteurs, etc.).

Les acteurs du déploiement et de l'exploitation des réseaux

Pour améliorer la performance des réseaux d’accès à Internet, les câbles optiques et équipements sont déployés de plus en plus proche des logements et des entreprises. Ces chantiers mobilisent un grand nombre d’acteurs :

  • Les cabinets de conseil et bureaux d'étude, qui participent à la conception et réalisent les études d'ingénierie des réseaux.
  • Les entreprises de génie-civil, qui réalisent des tranchées, posent les fourreaux et les chambres.
  • Les installateurs et techniciens, qui installent les câbles de fibres optiques et raccordent les abonnés aux réseaux FttH.
  • Les opérateurs, qui exploitent  les réseaux et commercialisent des services innovants.

Ces chantiers mobilisent une filière industrielle française composée d’entreprises chargées de concevoir, réaliser et exploiter les réseaux très haut débit. Une grande partie de ces entreprises sont regroupées au sein de la Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique (FIRIP): créée le 6 décembre 2012 la FIRIP, regroupe 161 entreprises, pour un chiffre d’affaires prévisionnel de 2 milliards d’euros en 2016 dans les RIP, représentant 9000 emplois directs dans les divers métiers de la chaîne de valeur des réseaux d’initiative publique.

Une filière qui recrute

Au regard des investissements prévus par les opérateurs privés et les collectivités territoriales dans les cinq prochaines années, la construction des réseaux privés et publics va générer de forts besoins de formation sur l’ensemble du territoire : d'ici 2022, près de 50 000 emplois seront mobilisés pour assurer le déploiement et la maintenance de ces nouvelles infrastructures numériques.

Par ailleurs, la Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique (FIRIP) a évalué à 40 000 le nombre de formations à mettre en place pour s’assurer que les effectifs seront suffisants afin de respecter les calendriers de déploiement prévus. Dans ce cadre, plusieurs initiatives ont permis de renforcer l’offre de formation aux métiers de la fibre optique et, notamment :

  • Objectif fibre, qui contribue fortement aux travaux d’harmonisation technique des réseaux FttH dans le cadre du Plan France Très Haut Débit, s’est engagé dans une démarche de référencement des centres de formation aux métiers du déploiement de la fibre optique afin d’accompagner la montée en puissance des déploiements.
  • Innovance  est un pôle de compétences lié aux communications électroniques et usages numériques, qui proposent des référentiels métiers pour les formations des métiers de la fibre optique.
  • Plusieurs chambres de commerce et d’industrie ont ouvert des centres de formation.

Le 28 juin 2016, l’Etat, l’Association des régions de France et la FIRIP ont conclu une convention destinée renforcer la structuration de l’offre de formation et de s’assurer qu’elle répond aux besoins des entreprises chargées de déployer et d’exploiter les infrastructures en cours de construction.

Ceci peut également vous intéresser

Qu'est ce qu'un réseau très haut débit ?

fibre optique, tres haut debit, couverture, debit

En savoir plus

L’observatoire France Très Haut Débit

Quels sont les débits dans votre commune ?

En savoir plus