Mobiliser les technologies hertziennes

Un soutien financier aux particuliers pour l’accès à Internet par les réseaux hertziens

Les réseaux hertziens sont limités par une contrainte intrinsèque: le partage de débit à chaque instant entre les différents utilisateurs derrière une même station émettrice. Néanmoins la capacité des réseaux hertziens à répondre à l'évolution des usages s'est améliorée grâce aux évolutions technologiques. Aujourd'hui, plusieurs technologies hertziennes parviennent à fournir des accès haut débit de qualité, disponibles immédiatement et sur l'ensemble du territoire :

  • les satellites de nouvelle génération (bande Ka)
  • les réseaux hertziens terrestres (Wimax, Wifi) notamment avec l’utilisation de technologies LTE (« Long Term Evolution »)

Le Plan France Très Haut Débit mobilise ces technologies pour apporter rapidement une solution haut débit aux habitats les plus isolés. Les particuliers concernés pourront ainsi bénéficier d’un soutien de l’État pour l’installation du terminal de réception.

Le projet « très haut débit par satellite »

Ces dernières années, les débits proposés sur les accès par satellite ont connu une augmentation significative et les offres peuvent désormais atteindre 22 Mégabits par seconde. Pour soutenir la filière industrielle spatiale et garantir qu’un service de qualité sera accessible sur tout le territoire, y compris dans les habitats les plus isolés, le Commissariat général à l’investissement a investi dans la recherche et développement dans les satellites très haut débit.

Le 6 février 2014, à l’occasion de la première Conférence annuelle du Plan France Très Haut Débit, une convention de financement a été signée entre la Caisse des dépôts et le Centre nationale pour les études spatiales (CNES), prévoyant le versement du second volet de 30 millions d’euros pour le projet « THD-Sat ». L'objectif est de développer des offres d'accès à Internet à très haut débit.

Hertzien en situation fixe : une nouvelle génération prometteuse

La technologie LTE continue à se développer, en améliorant ses performances, mais aussi en étendant la bande des fréquences où elle opère. Cette flexibilité dans le choix du spectre a donné à des expérimentations en France et à l'étranger, notamment avec la bande 3,5GHz.

Dans le cadre du Plan France Très Haut Débit, des expérimentations ont été réalisées sur la 4G à usage fixe (technologie LTE) par Bouygues Télécom et Orange, en partenariat avec l’Association Nationale des Élus de Montagne (ANEM), afin d’évaluer la capacité de la 4G à apporter une connexion de qualité dans des espaces ruraux et de montagne, en fonction de la capacité technique de cette technologie à répondre aux attentes d'usagers aux profils de consommation variés. En fonction des conclusions définitives apportées à ces expérimentations, ces technologies pourraient bénéficier d’un soutien de l’État.

Compte tenu du coût et des contraintes techniques de déploiement de réseaux filaires dans certaines parties du territoire, notamment pour les locaux isolés, les technologies hertziennes ont un rôle structurant pour la réussite du Plan France Très Haut Débit. Pour évaluer le potentiel de ces technologies et s'assurer de leur capacité à répondre aux objectifs aux besoins identifiés, une étude est en cours de réalisation au sein de la Mission Très Haut Débit. Elle vise également à apporter un complément d'informations aux collectivités territoriales sur les performances réelles de chaque technologie et favoriser l'efficience de leur intégration dans les projets de réseaux d'initiative publique. 

Ceci peut également vous intéresser

Les projets des collectivités

Suivre l'avancée du Plan France Très Haut Débit dans les territoires

En savoir plus

Améliorer la connectivité ultra-marine

Découvrir comment les territoires d'outre-mer sont équipés en très haut débit

En savoir plus